Rencontres des Etudes Africaines de France (Marseille, 9 – 12 July 2018)

Le retour de l’Etat dévelopmentaliste en Afrique ?

Panel organized by Antoine Kernen, Didier Péclard et Guive Khan-Mohammad

 

Abstract

Ce panel propose d’étudier la place et le rôle des Etats africains dans un contexte international et continental marqué par une profonde transformation du paysage du développement. Notre réflexion est basée sur deux observations interdépendantes. Depuis la fin du Consensus de Washington, de nouveaux paradigmes ont émergé dans le champ du développement. Après une période dominé par une idéologie néolibérale centrée sur le marché, ces paradigmes attribuent désormais un rôle plus important à l’Etat en tant que moteur du développement. Simultanément, grâce à un niveau sans précédent de croissance économique et à une gamme de bailleurs et d’investisseurs de plus en plus diversifiée, les Etats africains sont dans une position d’accroissement de leur marge de manœuvre, qui leur permet de jouer un rôle central dans la définition de leur propre agenda de développement. Dans ce panel, nous entendons ainsi placer les stratégies de développement des Etats africains au centre de l’analyse, en interrogeant comment ces derniers réagissent et s’approprient les changements de politiques de développement au niveau global ainsi que l’arrivée de nouveaux acteurs, tels que la Chine et les autres économies émergents, sur la scène du développement. Plus encore, nous proposons de questionner si et dans quelle mesure les stratégies mises en place par les Etats africains dans ce nouveau contexte sont favorables à des transformations profondes en termes de développement social et humain, ou si elles tendent au contraire à reproduire et à renforcer les relations de pouvoir préexistantes, ainsi qu’à approfondir les inégalités sociales. A cette fin, nous appelons des communications s’inscrivant dans une multitude de sciences sociales (science politique, sociologie, anthropologie, économie, histoire, …) et basées sur des recherches de terrain extensives menées dans les sociétés africaines.

 

Communications

L’Etat développementaliste en Afrique du Sud : mettre du sel dans la plaie de l’histoire
Nancy Andrew (Sciences Po, Bordeaux IV)

Le gouvernement de l’ANC qui a remplacé le régime de l’apartheid en Afrique du Sud se considère comme un ‘Etat développementaliste’ visant à tenir ses vastes promesses à la population noire depuis 1994 de mettre fin à la pauvreté, à l’injustice et aux inégalités sociales ainsi qu’à la discrimination raciale profondément ancrée dans toutes les sphères de la société. Un fil conducteur a toujours été le démantèlement du monopole des terres par la minorité blanche enraciné dans la conquête coloniale puis dans le développement d’un capitalisme robuste mais très inégal au sein de l’industrie et de l’agriculture, aboutissant à des secteurs relativement avancés par rapport à d’autres pays africains.

Cette communication propose d’analyser le dilemme de ce modèle d’État développementaliste que l’ANC a remanié et renouvelé à travers les 20 dernières années. En se tournant davantage vers la ‘néo’-libéralisation de l’économie, ainsi qu’en s’intégrant davantage aux marchés du continent et du monde, l’ANC a cherché à financer par l’investissement et la croissance le développement social annoncé, bien que ce soit le même système, hérité de l’apartheid, qui est à l’origine de ces disparités extrêmes et qui continue à les reproduire, voire les renforcer sous la direction de l’ANC après la transition à la démocratie libérale formelle. Le débat fait rage sur la dichotomie entre le besoin de ‘plus de « liberté » au marché’ ou ‘plus de pouvoir à l’État’ au sein de ce modèle de développement, sur la lenteur du transfert du grand capital (corporate capital) aux noirs, attendu par certains, sur les accusations de corruption gouvernementale et de captation de l’État par des intérêts privés, ainsi que sur les difficultés à faire basculer par la réforme l’un des piliers de la société de l’apartheid, à savoir la propriété foncière, le socle du système dans son ensemble. Pour la population noire rurale la réforme agro-foncière et la redistribution des terres représentait une des clés pour déverrouiller le passage aux changements sociaux espérés et si nécessaires, surtout dans les campagnes, or cette réforme s’est soldée par un échec.

Les corrections technocratiques sont incapables de corriger de manière profonde le développement social très inégal en Afrique. Démontrer les effets néfastes du néolibéralisme produit des témoignages riches et utiles, mais il ne suffit pas de nous en contenter. En soulevant les questions évidentes plus larges posées par ce dilemme structurel et incontournable, pertinentes pour l’ensemble de l’Afrique : quel type de développement et pour qui, et dirigé par quel type d’Etat ?, le papier souligne la nécessité de lancer de nouvelles études et débats susceptibles de contribuer au challenge de penser un système social complètement différent, voire émancipateur, impliquant aussi un changement politique radical nécessaire pour réaliser le développement et une transformation à tous les niveaux.

 

L’État et le développement du secteur de l’électricité au Cameroun depuis la privatisation : régulation ou interventionnisme ?
Moïse Williams Pokam Kamdem  (Université de Dschang)

La réforme du secteur de l’électricité initiée au Cameroun en 1990 a finalement abouti à la privatisation de l’unique Société nationale d’électricité (SONEL) en 2001. Le but de cette réforme était de passer d’un système monopolistique à un système concurrentiel en introduisant la déréglementation progressive des activités dans ce secteur. En d’autres termes, l’État était poussé à se désengager de la gestion entrepreneuriale de ce pan essentiel de l’économie nationale, se conformant ainsi à la tendance néolibérale dominante à travers le monde. Son rôle devait se limiter à assurer la régulation de ce marché. La participation publique dans les différentes entités constituées à l’effet de faire progresser l’électrification du Cameroun reste pourtant significative aujourd’hui. Si certains observateurs annonçaient dans la seconde moitié des années 2000 déjà l’intention de l’État de « reprendre en main sa politique énergétique », les rapports difficiles avec la société privée concessionnaire du service public de l’électricité ont notamment poussé une certaine opinion à prédire la fin de la privatisation et le retour du secteur public.

L’objectif de cette communication est d’interroger la place que l’État continue d’occuper dans ce secteur cédé au capital privé. L’idée est que la privatisation ne rencontre pas une réelle adhésion des gouvernants et que les hésitations de la réforme du secteur, toujours en cours, leur donnent l’opportunité de renforcer la position de la puissance publique.

Cette analyse s’appuie notamment sur l’exploitation de la littérature existante sur la réforme de ce secteur au Cameroun et plus largement en Afrique subsaharienne, des rapports officiels et d’entreprise ainsi que de la presse écrite comme vecteur de l’opinion publique. Elle devrait permettre de mettre en exergue les enjeux du désengagement entrepreneurial de l’État dans ce secteur, d’y évaluer l’action du capital privé dans la mesure où elle détermine l’attitude active de la puissance publique et de considérer les stratégies ainsi que les formes par lesquelles l’État maintient, voire accroît sa présence dans ce secteur.

 

African smart cities : les paradoxes des méga chantiers d’urbanisation par la technologie en Afrique
Toussaint Kounouho  (Université Félix Houphouet-Boigny d’Abidjan-Cocody)
Les African smart cities, villes intelligentes ou villes du futur constituent aujourd’hui en Afrique de nouvelles formes d’ingénierie urbaine innovante et moderne qui entendent utiliser les technologies de l’information et de la communication ainsi que d’autres moyens pour améliorer la qualité de vie, l’efficacité des opérations, des services urbains et la compétitivité. Perçus par les Etats comme des réponses idéales à la fracture sociale, humaine et économique et comme de potentiels vecteurs de la modernité, les projets de villes du futur en Afrique intègrent un important dispositif épistémique à l’échelle globale. A l’aide des facilités technologiques diverses issues des partenariats chinois ainsi que de nombreux autres pays émergents, le recours aux villes intelligentes comme instruments d’accès à la modernisation nourrit des imaginaires contrastés et ambivalents de rationalisation et de construction du développement. Les changements paradigmatiques qui accompagnent ces nouveaux chantiers de modernisation des périphéries urbaines, notamment au triple plan idéologique, symbolique et relationnel, soulèvent des questionnements théoriques sur les nouvelles stratégies et les implications de la construction de l’Etat africain par la technologie. En s’appuyant sur un terrain plus ou moins extensif formé d’une palette de pays expérimentant déjà les projets des smart cities tels que l’Afrique du Sud, le Kenya et le Rwanda (en Afrique australe et centrale), le Nigéria et le Ghana (en Afrique de l’Ouest), le Maroc et l’Egypte (en Afrique du Nord), cette contribution propose une relecture néo-institutionnaliste, et suivant une perspective comparée, des paradoxes sociaux, économiques et politiques engendrés par la question des smart cities en Afrique. L’entrée par l’idée du dispositif épistémique permet d’une part, de restituer les ambigüités liées à l’extraversion d’une rationalisation technologique de l’Etat, celles liées au contrôle exclusif par les dirigeants et par la communauté d’investisseurs de développement de l’agenda des politiques publiques d’urbanisation ; d’autre part, elle illustre comment “l’Etat technologique” africain se heurte à la revendication d’une participation égalitaire des citoyens aux décisions les concernant. Ces revendications posent la problématique de la création, de l’adaptation, de la réinvention et de la réappropriation du travail technologique par l’Etat dans un contexte où la sublimation des chantiers urbains devient relativement le lieu d’un reflux autoritaire des régimes et bien parfois d’une reconfiguration de l’asymétrie dans les rapports sociaux de pouvoir et de domination.
Le nouveau statut de l’Etat au Cameroun: Etat développementaliste ou Etat subsidiaire? Analyse à partir de l’action du génie militaire dans le champ du développement
Christel Dior Tamegui (Université de Rennes I)

Contraint par la démarche néolibérale des bailleurs de fonds internationaux, l’Etat au Cameroun, comme dans la plupart des pays en Afrique, a longtemps été congédié au profit de la promotion d’un secteur privé local quasi inexistant ou d’une économie de marché qui n’a qu’imparfaitement, si non, pas du tout, tenu les objectifs de développement. Aujourd’hui, l’on assiste progressivement à la déchéance de cet « Etat libertarien » à la faveur d’une recrudescence de la place de l’Etat au Cameroun à travers des grands projets structurants. Les slogans mobilisés pour traduire la démarche développementaliste de l’Etat sont, à ce sujet, évocateurs. En effet, du « Cameroun des grandes ambitions », l’on tend vers un « Cameroun émergent » à l’horizon 2035 qui sera l’aboutissement du « Cameroun des grandes réalisations ». Ces expressions, bien qu’elles revêtent souvent un caractère de slogan politique ou de politique politicienne, n’en traduisent pas moins la volonté de l’Etat camerounais de réinvestir le champ du développement.

L’interventionnisme de l’Etat camerounais est multi-niveau, mais, la présente réflexion se propose d’interroger le statut de l’Etat au Cameroun, à travers des projets de développement réalisés par les unités du génie militaire, dans le cadre de la mise en œuvre du continuum armée-développement. Dans cette perspective, le questionnement susceptible de structurer notre raisonnement est le suivant : Sommes-nous vraiment dans une logique développementaliste au sens où l’on entend lorsqu’on évoque la nature des Etats dans les pays du Sud-Est et l’Est asiatique dans les années 1970 ? Ne sommes-nous pas plus proche de l’ « Etat subsidiaire » (Chantal DELSOL) ? L’interventionnisme étatique au Cameroun est-il en mesure de créer les conditions d’un véritable bien-être des populations ?

Pour tenter de répondre à ces interrogations, cette étude part de l’hypothèse que le regain de l’Etat dans le champ du développement au Cameroun ne lui donne pas encore le statut d’un véritable Etat développementaliste à l’image des pays du sud-Est et Est asiatique dans les années 1970 ; ceci parce que tous les codes d’un Etat de type développementalistes ne sont pas réunis. On peut par contre faire un rapprochement entre la nature de l’Etat au Cameroun et l’ « Etat subsidiaire » au sens où l’entend Chantal DELSOL; c’est-à-dire un Etat qui, tout en restant dans ses sphères traditionnelles de compétences (missions régaliennes), intervient dans les autres sphères pour palier les insuffisances ou l’absence du secteur privé et créer les conditions de développement de l’initiative privé locale. Toutefois, faute de moyens suffisants, cet Etat ne peut, en l’état actuel, qu’insuffisamment répondre aux besoins d’une population en proie à la pauvreté structurelle. Cette proposition de communication s’appuie sur des données de terrain relatives à l’activité de développement de l’armée camerounaise, données collectées du 1er septembre 2017 au 31 Octobre 2017 lors d’un séjour de recherche au Cameroun.

 

Penser les relations Etat/bailleurs à partir des pratiques des agents de l’Etat : le retour de l’Etat développementaliste en pratique(s), au Sénégal.
Mélissa Haussaire (Université de Lille)

Cette communication souhaite interroger et documenter l’idée de marge de manœuvre des Etats bénéficiaires face aux bailleurs à partir de l’étude des pratiques les agents de l’Etat qui négocient, définissent et mettent en œuvre les politiques publiques nationales financées sur les fonds extérieurs. En s’attachant au cas particulier du Sénégal et en se basant sur un travail de terrain conduit entre 2013 et 2016 auprès des cadres de la fonction publique qui travaillent en lien avec les bailleurs de fonds, elle s’attache à questionner cette marge de manœuvre et à voir dans quelles pratiques administratives elle peut s’incarner. Il s’agira également de se demander comment étudier l’Etat à partir des pratiques de ses agents.

Cette communication s’attarde sur quelques pratiques qui d’une part s’ancrent dans le double contexte de la diversification des bailleurs présents au Sénégal et du retour de l’Etat comme moteur du développement, et d’autre part qui touchent à la définition ou à la mise en œuvre des stratégies de développement nationales. Il s’agira plus précisément d’observer trois cas spécifiques : la négociation de financement d’un projet ; la mise en concurrence des bailleurs pour capter des ressources extérieures ; l’exécution très partielle, en raison du manque de moyens, d’une stratégie nationale sectorielle. Si les deux premiers cas laissent voir une certaine marge de manœuvre de l’Etat, la dernière relativise ce constat en montrant le peu de poids de ces stratégies face aux bailleurs qui décident, in fine, des financements accordés.

A partir de ces trois cas d’étude, il sera donc difficile de conclure en général sur la capacité du Sénégal à définir une stratégie de développement ou sur l’efficacité de cette dernière. Par contre, l’analyse fine de ces trois situations permet d’étudier les éléments qui expliquent ou empêchent, dans des contextes bien précis, la marge de manœuvre des agents de l’Etat face aux bailleurs. Ces cas montrent comment les agents de l’Etat s’approprient en pratique les transformations du paysage de l’aide au développement : on peut noter au Sénégal un investissement dans les pratiques de négociation des fonds, élevées au rang de véritable savoir de gouvernement.

 

L’Etat développementaliste au Cameroun à l’épreuve de la double variation de l’assistance financière internationale.
Yves-Patrick Mbangue Nkomba  (Université de Yaoundé II) et Jacques Fleming Mandeng Nyobe  (Université de Yaoundé II)

Depuis une décennie, à peu près, l’Etat du Cameroun ambitionne de devenir émergent. Cet objectif consigné dans un document stratégique (DSCE), le conduit à la reconsidération de sa centralité sur son développement dans un contexte global de remise en cause du Consensus de Washington qui le limitait à être un Etat régulateur durant la période d’ajustement structurel (1986-2006). Fort de ce réinvestissement « interventionniste » de l’Etat comme acteur majeur du développement, le gouvernement camerounais s’est lancé dans une importante mobilisation des ressources financières internationales en vue de réaliser une multitude projets d’infrastructures à travers le pays. Dans ce sillage, les pouvoirs publics ont diversifié leurs bailleurs de fonds en recourant considérablement à l’aide des pays émergents (la Chine notamment), en plus de l’aide des partenaires traditionnels (les gouvernements occidentaux et les grandes organisations internationales). La tête de file de ces pays émergents compte en bonne place la chine qui dans les nouvelle forme de coopération vient faire basculer la rationalité du recours à une forme d’assistance imposé par ses partenaires économiques internationaux traditionnels (la France, l’U.E, l’OCDE). Dans un contexte post ajustement structurel, le rapport entre les partenaires au développement et le Cameroun nous permet d’appréhender l’aide sous l’angle de la rigidité (l’U.E, France B.M) et sous l’angle de la souplesse (Chine).

A partir d’une posture néo-institutionnaliste et illustrative, notre projet de réflexion a une double visée. Alors que la première cherche à tracer les enjeux qui structurent les logiques institutionnelles à partir des modèles d’assistance relevé, la seconde tente pour sa part, d’expliquer le jeu et les stratégies que l’Etat développementaliste use pour s’approprier des aides dans les modèles proposés par les différents bailleurs.